ELECTIONS EN ALEXANDRINS : L’ÉLYSÉE TARTUFIÉ

  Je descends d’un Falcon car j’ai horreur d’attendre,
       Mais je roule à vélo et verdis mon logis ;
Pour la COP, après Trump, je saurai faire entendre,
       Que vert est le dollar plus que l’écologie !
Qu’importe qu’à Bruxelles, mon pays masochiste,
     Pliant à deux genoux devant Mère Angela,
S’abandonne aux lobbys teutons du gaz de schiste :
    Le MEDEF ne m’eût point investi sans cela !
Au cri de « République ! », je vous ai mis « en marche » ;
      Et Marianne déjà gémit sous ma torsion :
Monnet, Schuman, Delors, mes trois saints patriarches,
      J’arase en votre nom les acquis, la nation !
Aux précaires, aux exclus, disant redonner chance,
     J’entreprends de brider, non pas la plus-value,
Mais le legs vermoulu de feue la Résistance :
     Haro sur la Sécu, les pensions, les statuts !
Je parle en beau langage, subjonctif en sautoir,
Mais c’est bien de Wall Street que j’ai reçu mission :
    La langue de Molière s’en va au dépotoir,
Au TAFTA, au globish j’ouvre grand la maison !
   Porté à l’Elysée par la très Sainte-Alliance
Des friqués, des bobos et des New Collabos,
J’ai cinq ans devant moi pour défaire la France,
   Mater les cégétistes et jouer les Rambo !
Il subsiste pourtant une ombre à cette idylle :
  Le prolo insoumis s’abstient obstinément,
Refusant sottement, au nom du « vote utile »,
      D’appeler liberté son asservissement ;
Et qui sait si demain ce peuple imprévisible
   Mariant la Marseillaise à l’hymne de Pottier
Derechef de ses chefs ne se refera cibles
   A la grande terreur d’un chef d’Etat banquier ?
  En d’étranges sursauts, Jacobins, Communards,
Bravant Thiers ou Vichy, l’Autrichienne ou Cauchon,
Ces manants qu’on croyait hébétés et hagards,
 Ont plusieurs fois surgi de leur auge à cochon…
C’est pourquoi prévenant tout péril éruptif,
    Je veux éradiquer ce prurit souverain :
A Berlin de ce pas, pour un pays captif,
Je m’en remets de tout au maître européen !
Georges Gastaud ( PRCF)
 
 

La phrase du jour

Philippe Martinez : « Ils opposent toujours ceux qui n'ont pas grand-chose à ceux qui n'ont rien. Pourquoi on ne va pas s'occuper un peu de ces 40 plus grandes entreprises qui ne payent plus de cotisations sociales ? » « Il y a des solutions, mais ce sont des choix politiques, des choix de société. Soit on épargne les riches, soit on partage les richesses. »

Les vrais chiffres

  • L'Economie CASINO...C'EST BON POUR EUX!

En 2016, UN RECORD / les entreprises du CAC 40 ont distribué  55,7 MILLIARDS de DIVIDENDES et de RACHATS D'ACTIONS AUX ACTIONNAIRES...

Read More